Le brocoli, un bouquet de santé

Les crucifères, qu’est ce que c’est ?

Brocoli reconnu pour apporter certains bénéfices face au risque de cancer et  au risque cardio-vasculaire

La famille des crucifères comporte plus de 2000 espèces réparties en 230 genres.

Parmi elles, on retrouve le brocoli, le chou vert, rouge et frisé, le chou-fleur, le chou chinois, le chou de Bruxelles, le chou-rave, le boy choy, le rutabaga, le navet, et même le radis, le cresson, la roquette et le raifort.

Les crucifères contiennent des fibres, des folates, des caroténoides (dont le beta-carotène, la lutéine et la zéaxanthine), du sélénium et une teneur importante en vitamine C. Le brocoli est riche également en vitamine K et vitamine B9.

Les crucifères sont reconnus pour apporter certains bénéfices face au risque de cancer et au risque cardio-vasculaire.

Les propriétés bénéfiques des crucifères

Les études réalisées jusqu’à présent montrent que les légumes de la famille des crucifères, dont le brocoli, fournissent des facteurs de protection contre l’apparition de plusieurs types de cancers.

Plusieurs études révèlent que la consommation de 3 à 5 portions de crucifères par semaine entraîne une protection significative.

Comme le rapportent certaines études, le brocoli, consommé au moins quelques fois par semaine, pourrait notamment jouer un rôle dans la réduction de l’apparition de certains cancers tels que le cancer colorectal, de l’estomac, du poumon, de la prostate et même de cancer du sein chez la femme préménopausée.

Les propriétés protectrices des crucifères et notamment du brocoli sont attribuées à la présence de composés soufrés, à savoir les glucosinolates, et plus particulièrement à leurs produits d’hydrolyse, les isothiocyanates, parmi lesquels on trouve le sulforaphane

L’intérêt du brocoli

A quantité égale, le brocoli renfermerait plus de nutriments que tout autre légume.

Aliment peu énergétique (trente-quatre kilocalories pour cent grammes), pauvre en glucides et riche en fibres, il est recommandé chez les diabétiques et ceux qui veulent alléger leur assiette.

L’intérêt du brocoli, et spécifiquement de son principe actif, le sulforaphane, a été démontré à la fois en nutri-prévention et en nutrithérapie, reconnu pour son activité antioxydante, son activité anti-inflammatoire et son activité protectrice au niveau cellulaire.

Les teneurs en sulforaphane varient énormément en fonction des différentes espèces de choux et de leurs différentes variétés. Le brocoli est connu pour être le plus riche en glucoraphanine qui va se transformer sous l’action d’une enzyme en sulforaphane, molécule active du brocoli. Sa teneur est de l’ordre de 1 à 100 mg/100 g.

Il est préférable de le consommer cru ou très peu cuit car la cuisson détériore ses qualités nutritionnelles et va réduire la formation de sulforaphane.

Références
  • Cruciferous Vegetables and Human Cancer Risk : Epidemiologic Evidence and Mechanistic Basis.                 Higdon J. V., Delage B., Williams D. E., Dashwood R. H.
  • Veggies may cut by half risk of prostate cancer, Seattle Times, Tuesday January 4, 2000, page 1.                    Les recherches originales étant publiées dans The Journal of National Cancer Institute, January 5, 2000. Kristal A., Cohen J., Standford J.
  • A prospective study of cruciferous vegetables and prostate cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2003 Dec ; 12(12):1403-9. Giovannucci E, Rimm EB, Liu Y, Stampfer MJ, Willett WC.
  • Brassica vegetables and cancer prevention. Epidemiology and mechanisms. Adv. Exp. Med. Biol., 472:159-168, 1999. Van Poppel G., Verhoeven D. T., Verhagen H., Goldbohm R. A.
  • Légumes et chimio-prévention anti-cancer : le système glucosinolate / myrosinase. ICOA – UMR 6005, Université d’Orléans, BP 6759, 45067 Orléans Cedex 2. A Farinha, P Rollin, A Tatibouët.
  • Vegetable and fruit after diagnosis and risk of prostate cancer progression. Int J Cancer. 2012 July 1 ; 131(1):201-210. Erin L. Richman, ScD, Peter R. Carroll, MD and June M. Chan, ScD.